Investissement immobilier en Thaïlande

Pourquoi diversifier vos investissements à l’étranger ?

Thai Property Promotion Investir à l’étranger
s'expatrier en Thaïlande
by Thai Property Promotion 18 Decembre 2018

Pourquoi diversifier vos investissements à l’étranger ?

Parce qu’à l’étranger, vous pourrez profiter d’une forte rentabilité allant jusqu’à 7% net de charge.

Fiscalité allégée

La France est vice-championne du Monde de la fiscalité après le Danemark. La pression fiscale est telle qu’un nombre croissant de français s’expatrient pour vivre ou travailler à l’étranger.

Ces expatriés sont d’ailleurs de plus en plus jeunes...fuite des cerveaux et des compétences. Le domaine de l’immobilier, la fiscalité est devenue confiscatoire :

  • Fiscalité sur l’acquisition de l’immobilier.
  • Fiscalité sur la détention de l’immobilier (TF, IFI).
  • Fiscalité sur les revenus de l’immobilier (BIC ou RF, CSG/CRDS).
  • Fiscalité lors de la revente de l’immobilier (plus values).
  • Fiscalité lors de la transmission (donation, succession).
  • Et ceci avec des taux qui augmentent régulièrement ou des seuils d’exonération qui diminuent. De plus en plus de français en ont assez de payer.

    Certains passent désormais à l’action avec des décisions concrètes dans la gestion de leur patrimoine et n’hésitent pas à vendre de l’immobilier détenu en France pour réinvestir sous des cieux plus cléments.

    Sécurité patrimoniale

    En 2019, l’euthanasie des épargnants en fonds euros d’assurance-vie va s’accélerer.

    Etre propriétaire de biens immobiliers qui peuvent être réquisitionnés ou saisis n’est pas très rassurant. La détention de biens immobiliers à l’étranger permet de mettre une partie de son patrimoine à l’abri des huissiers, du Fisc, du RSI ou de l’Urssaff.

    L’idée est qu’un incident de parcours en France (pro comme perso), n’aura pas de répercussion sur le patrimoine détenu à l’étranger.

    Depuis 2016, nous sommes alertés sur les conséquences néfastes des taux d’intérêt négatifs pour les épargnants. Ils sont la stratégie utilisée par les banques centrales pour régler le problème de l’endettement excessif des états et pour faire payer les épargnants sans qu’ils ne s’en rendent compte.

    Sécurité juridique

    En France, depuis plus de 30 ans, les textes réglementaires relatifs aux rapports locatifs ne cessent de s’alourdir, toujours du même côté, celui de la défense du locataire. Dans le domaine de l’investissement locatif, cette réglementation très protectrice du locataire se fait parfois au mépris de la protection sacrée du droit de propriété.

    Le bail n’est plus gage de sécurité tant la réglementation et le système judiciaire sont devenus complexes au fil des années. un nombre croissant de propriétaires bailleurs en sont venus à retirer leurs biens du marché, préférant avoir un logement vide qu’un locataire mauvais payeur.

    Face à ces aberrations juridiques, de nombreux propriétaires bailleurs préfèrent quitter le système français en vendant leurs biens et en réinvestissant dans de l’immobilier à l’étranger, dans des pays où la réglementation est plus favorable aux propriétaires. Avoir un contrat de location est gage de sécurité juridique car le locataire mauvais payeur sera rapidement et efficacement sanctionné.

    Survivalisme économique

    Se poser les questions suivantes :

  • Si ma banque interdit tout retrait pendant 20 jours, ai-je assez d’espèces de coté pour vivre pendant 3 semaines ?
  • Si ma banque ponctionne 10% de mon épargne, quel montant total cela représente-t-il sur l’ensemble des mes comptes et livrets ?
  • Si ma banque fait faillite, quel est le montant cumulé des avoirs que je perdrai ?
  • Si mon compte bancaire est gelé (suite saisie ou suite mesures préventives de la Bq), comment ferai-je pour assumer mes dépenses courantes?
  • Si l’Euro est dévalué ou que sa valeur s’effondre (telle la Lire turque qui a perdu 40% de sa valeur), que deviennent mes avoirs en Euros et quelle valeur auront ils ?
  • Quelles mesures ai-je prises pour diversifier les risques et limiter les conséquences d’une faillite du système bancaire européen ?

    Se constituer des revenus issus de biens immobiliers détenus à l’étranger qui restent sur des comptes à l’étranger, à l’abri de la fiscalité française, de tous types de saisies (fisc, urssaf, RSI, Banque, huissiers etc…), des risques systémiques de l’Europe et/ou de la zone Euro et de la dépréciation de l’Euro.

    Ce système de revenus à l’étranger est une des meilleures solutions du survivalisme économique. Le Groupe Eric Mey apporte ces solutions aux clients souhaitant diversifier leurs sources de revenus et leurs actifs tout en sécurisant leur patrimoine immobilier.

    Un nouveau Lehman Brothers ?

    Dix ans après la faillite de la banque d’affaires américaine Lehman Brothers, l’inquiétude gagne les milieux financiers à propos de la Deutsche Bank, un établissement beaucoup plus systémique. Deutsche Bank, un nouveau Lehman Brothers? L’état de santé du mastodonte allemand, 11e plus grande banque mondiale en nombre d’actifs financiers détenus (1.769 milliards de dollars) questionne pour ne pas dire inquiète.

    Dégradation de sa note par l'agence de notation S&P en juin, annonce de la suppression de 7.000 postes en mai, amende l’an dernier de 7,2 milliards de dollars aux États-Unis pour son rôle dans la crise des subprimes, 3 années de pertes consécutives… L’action a chuté de moitié depuis janvier et l’avenir ne s’annonce pas radieux.

    La fin du cash est déjà programmée par les banques !

    Partout dans le monde, des initiatives publiques et privées se multiplient dans le but de diminuer l'usage des espèces et de proposer des alternatives.

    Des banques réfléchissent aux monnaies digitales. Malgré l'essor phénoménal des paiements électroniques, par carte ou mobile, les populations restent liquide.